^

Trois expositions pour stimuler l’observation et la réflexion des jeunes

L’histoire de l’immigration, les arts forains mis en scène par Jean-Paul Favand, les photos de Bamako en 1950 de Malick Sidibé : à travers les expositions et musées choisis par les antennes de l’Entraide Scolaire Amicale, ce sont toujours des expériences de vie et des témoignages enrichissants pour les jeunes qui permettent de stimuler leur curiosité et de favoriser leur questionnement.

Sensibiliser les enfants à l’histoire de l’immigration en France – Antenne de Paris 18e

Au Musée de l’histoire de l’immigration, derrière les évènements, les chiffres, les photos, ce sont des êtres humains qui ont souffert et espéré.
Quinze enfants en classe de primaire du 18e arrondissement de Paris ont d’abord découvert le lieu au Palais de la Porte Dorée, et son origine. La guide du musée les a fait réfléchir sur le sens du mot « immigration », sur les raisons qui poussent à quitter son pays.
L’exposition Repères retrace deux siècles d’histoire de l’immigration. Le parti pris adopté est celui d’un parcours thématique prenant en compte la chronologie historique. En effet, au-delà de toutes les différences, ceux qui se sont installés en France depuis le XIXe siècle ont traversé les mêmes épreuves, ont vécu les mêmes expériences décisives, ont formé les mêmes espoirs.

Tracer son chemin avec « ma carte de poche »

Après la visite de l’exposition temporaire Frontières, au cours de laquelle sont expliquées la notion de frontières, la nécessité pour certaines personnes de les traverser et pour d’autres, de les renforcer, les enfants ont créé une carte d’orientation sur laquelle ils ont placé des territoires possibles, des chemins plausibles et des obstacles à rencontrer.

À l’aide de pochoirs, de crayons et de pinceaux, les enfants traversent des montagnes, des forêts, des vents et des mers jusqu’au but souhaité. Ils se glissent ainsi dans la carte et vivent l’expérience d’un ‘traverseur’.
Ils ont pu imaginer un parcours de migrants et le reconstituer en coloriant les paysages, en collant arbres et images choisis pour symboliser les raisons du départ et le but du voyage. Certains ont d’ailleurs eu le temps d’écrire quelques phrases pour raconter ce parcours imaginé.

Chacun est rentré avec sa carte en poche, bien pliée.

En savoir plus : le site du musée

 

Le Musée des Arts Forains, lieu insolite à Paris – Antennes La Queue en Brie et Nogent le Perreux

39 enfants des antennes de l’Entraide Scolaire Amicale de la Queue en Brie et de Nogent le Perreux y ont découvert une collection unique d’objets du spectacle datant du 18ème au 20ème siècle.

 

« Tout est conçu pour donner l’impression de pénétrer dans un autre monde : dès l’entrée l’atmosphère créée par les décors végétaux, les gargouilles, les statues illustrent déjà un monde fantastique».

 

Une escapade hors du temps autour des thèmes du carnaval, des jardins extraordinaires et de la fête foraine de la Belle Époque.
La fête foraine du XIXème siècle est un fait social, un média aussi important qu’ont pu l’être les cathédrales dans les siècles passés et la télévision aujourd’hui. On retrouvait sur les champs de foire : théâtre, music-hall, bonimenteurs, sport-spectacle, illusions, acrobates, marionnettes…

Les arts forains un art décoratif à part entière

Souvent dénigrés au statut d’art populaire, les Arts Forains sont aujourd’hui reconnus comme un Art Décoratif à part entière grâce à la qualité et à la diversité du travail. Les artisans du passé seraient considérés de nos jours comme de véritables artistes. Des maîtres dirigeaient leurs élèves dans des ateliers, des catalogues étaient réalisés et des expositions organisées.

 

« Des salles immenses, des couleurs d’une fraîcheur inouïe, de la musique, des mécanismes datant pour certains de deux siècles : enfants et adultes sont éblouis».

 

 

La démarche artistique de J.P Favand

Jean Paul Favand, le maître de cérémonie, montreur de curiosités, marieur d’objets, maître de manège, est un autodidacte qui a créé la plupart de ses métiers. Sa démarche artistique pour les objets de curiosités le conduit à rencontrer de nombreux artistes tels que les surréalistes comme Dali, à qui il a fourni des pièces pour son musée de Figueras. Il devient entre autres, proche de Doisneau ou encore de César.

Tous les enfants étaient ravis et les grands ont retrouvé le temps de la visite leur âme d’enfant sans difficulté.

 

En savoir plus sur : le site du musée

 

 

 

Exposition Photos de Malick SIDIBE, l’œil de Bamako – Antennes Aubervilliers et Paris 10e

Les enfants et les bénévoles de l’E.S.A ont pu s’immerger, grâce à Youssef le guide, dans le monde de Malick Sidibé en découvrant tout d’abord le Mali presque 2 fois plus grand que la France.

Témoin de la jeunesse à Bamako en 1950

Les années 1950 et l’Indépendance proche ont donné naissance à une nouvelle génération de photographes impliqués dans la vie culturelle et sociale. Cette nouvelle indépendance a baigné la jeunesse du pays dans un esprit de fête, que Malick Sidibé a pu capturer avec son inséparable appareil photo Rolleiflex.
En 1957, Malick Sidibé était le seul reporter à Bamako à couvrir tous les événements, festivités et soirées surprises.

 

Malick Sidibé est né dans une famille peule dans un petit village du Mali. Il a été remarqué pour son talent de dessinateur et a été admis à l’École des artisans soudanais à Bamako d’où il a obtenu son diplôme en 1955. Il a commencé la photographie en 1956. Deux ans plus tard, il a ouvert le «Studio Malick».

Il a acquis une reconnaissance internationale grâce à des dizaines d’expositions dans le monde entier. Il a également reçu de nombreux prix, parmi lesquels le Lion d’or de la 52e Biennale de Venise, il a été le premier artiste africain à recevoir un tel hommage.

 

Avant le mur de Facebook, il y avait « le mur de Malick »

Il développait les photos dans son atelier et les exposait à l’extérieur pour que les jeunes puissent retrouver leur souvenir. Les gens venaient se faire photographier avec les vêtements ou objets les représentant le mieux, ils apportaient même leurs motos.

Les enfants de l’E.S.A ont pu découvrir des objets du passés : disques vinyles, pantalons « pattes d’ef », appareils photos argentiques…
et mieux connaître la culture et les coutumes locales : Yokoro, équivalent de Halloween, où les garçons se déguisent en esprits et viennent « importuner » les foyers, tandis que les filles se déguisent en chasseur d’esprits, venant à leur rescousse.

 

À la fin de la visite, les enfants ont même pu se prêter au jeu, grâce la reproduction du studio de Malick.

Un grand merci à Samy de l’antenne de Saint-Denis qui a préparé cette sortie à la Fondation Cartier pour l’Art contemporain et à tous les bénévoles qui ont contribué.

 

 


Sensibiliser les jeunes à l’orientation scolaire : une des missions de l’E.S.A et de ses bénévoles

Orientation scolaire : Quel métier pour moi ? En ai-je les capacités ?

  
La classe de 3e est une étape importante où il faut choisir sa filière de formation : voie générale et technologique ou voie professionnelle. Combien d’enfants et ados déclarent : « Je n’ai pas d’idée, je n’ai pas de projet professionnel précis ». Est-ce gênant ? En classe de 3e, il est rare d’avoir une idée précise de son futur métier. C’est pourtant la période où l’on demande aux élèves de commencer à y réfléchir.

Renforcer l’information sur l’orientation scolaire, une mission primordiale pour l’E.S.A

C’est pourquoi, en plus des conseils des établissements scolaires fréquentés par les jeunes accompagnés, l’Entraide Scolaire Amicale contribue à sensibiliser les jeunes en leur proposant :

  • Des accompagnements individualisés par les bénévoles : à partir de leur connaissance du monde du travail, accompagnement à des forums ou portes ouvertes, aide à la rédaction d’une lettre de motivation….
  • Des visites d’entreprise et découverte des métiers ;
  • Des informations sur les filières pour les jeunes et leurs familles ;

Sans oublier l’information et la réassurance des parents sur les différentes filières et la possibilité de passerelles entre les différentes voies.

3 initiatives récentes menées avec succès par les antennes 

Des rencontres pour et avec les jeunes sont organisées par des antennes de l’E.S.A pour rendre plus concrète leur réflexion démontrant que rien n’est joué d’avance, à condition d’avoir un objectif et de se donner les moyens de l’atteindre.

40 professionnels à l’écoute des jeunes au Forum des métiers 

(Antenne de Nogent le Perreux)

Des bénévoles sensibles à cette thématique « Orientation » prennent le sujet à « bras le corps » pour imaginer et organiser des rencontres de A à Z.

C’est le cas d’Audrey qui a voulu apporter sa pierre à l’édifice : elle a organisé ce forum en repensant à son propre parcours. A l’âge de 14 ans, elle se souvient avoir hésité, réfléchi, choisi une filière autre que la voie générale. Après avoir réussi son BEP, son Bac Pro, puis 5 années d’études supérieures (BTS, Ecole de commerce), elle veut témoigner que rien n’est définitif et qu’il est possible de changer de voie et de poursuivre ses études.

Lire le témoignage de Audrey : ici 

L’antenne de Nogent le Perreux a organisé un forum des métiers qui a dépassé le cadre seul de l’association puisque les établissements scolaires et les Fédérations de parents d’élèves ont relayé à leur tour l’évènement afin que de nombreux enfants puissent y participer.

400 personnes présentes ! 200 jeunes ont pu interviewer 40 professionnels qui leur ont présenté leur métier en illustrant leur profession par une journée type. Des échanges enrichis par la présence d’un conseiller du CIO de Nogent sur Marne. Celui-ci a complété les informations par les différentes formations possibles et a indiqué les établissements scolaires adéquats.

Devant le succès de cette manifestation, d’autres actions plus personnalisées vont être proposées aux jeunes qui le souhaitent pour approfondir encore plus un métier ou un secteur d’activité comme le multimédia, par exemple.

Nous remercions les établissements, les associations de parents d’élèves (FCPE et PEEP) et tous les intervenants qui ont participé et contribué au bon déroulement du forum. Tout le monde est partant pour une prochaine édition.

Découverte des métiers au CFA Campus des métiers de Bobigny 
 
(Antennes Paris 5, 12 et 13)

8 jeunes accompagnés par 4 bénévoles de l’E.S.A ont visité le Campus des Métiers* de Bobigny. Ce CFA prépare aux diplômes allant du CAP aux BAC Pro et BTS pour une vingtaine de métiers dans des domaines très variés : coiffure, esthétique, électrotechnique, photographie, boulangerie, cordonnerie, etc.

Les jeunes de l’E.S.A ont ainsi découvert une autre voie que celle de l’école et du collège, une voie où l’on apprend tout en étant plongé dans le monde du travail.
Ils ont pu rencontrer et échanger avec les maîtres d’apprentissage et les jeunes apprentis : boulanger, électrotechnicien, photographe, cordonnier…

Les jeunes visiteurs ont compris que l’apprentissage n’est pas un refuge de jeunes en décrochage scolaire mais au contraire une façon de montrer sa détermination au travail et son envie de réussir. Un des apprentis a insisté sur le fait qu’il faut être passionné par ce que l’on fait et s’investir à fond, il en parlait d’autant mieux qu’il avait été en échec scolaire au collège.

 

En savoir plus sur le site CFA : ici 

*CFA : Centre de Formation des Apprentis
Les CFA organisent régulièrement des journée portes ouvertes. Des occasions à ne pas rater !

Rencontre personnalisée entre le CIO, les jeunes de 3ème et 4ème et leurs familles 
 
(Antenne de Nantes)

Une rencontre animée par Mme Hélène Derville, une intervenante du CIO* que nous remercions chaleureusement.

Pour mieux connaître les besoins des familles et préparer la réunion, des entretiens individuels avaient été réalisés entre le bénévole, le co-responsable d’antenne et la famille pour discuter des problématiques rencontrées par les jeunes sur le sujet de l’orientation.

Plusieurs thèmes ont été abordés : la différence entre filières professionnelles et filières générales, la sélection dans les filières professionnelles, la réorientation, la fiche de liaison entre parents et professeurs, etc.
Les familles ont pu parler de leurs doutes et de leurs craintes, les jeunes ont pu exprimer des envies qu’ils avaient jusqu’à présent gardées pour eux : une jeune fille a pu expliquer à sa maman qu’elle souhaitait devenir policier.

Les bénévoles ont encore plus envie d’aider le jeune à trouver son orientation : une co-responsable va organiser une rencontre avec une infirmière. Un autre bénévole a décidé d’accompagner le jeune au CIO.

A Nantes, nous proposerons d’autres actions, notamment un « parcours métiers » avec l’association Corto Loisirs : dans le cadre d’un jeu de piste, les jeunes pourront rencontrer différents professionnels et découvrir plusieurs secteurs comme le social, le numérique ou encore l’environnement. Rendez-vous fin mai pour en savoir plus !

En savoir plus sur : Corto Loisirs
*CIO : Centre d’Information et d’Orientation

 

En conclusion, anticiper, informer, rassurer et aider à se mettre en mouvement pour un projet concret…tout est fait pour éviter aux jeunes le décrochage scolaire et leur permettre de construire le projet qui leur correspond.

 


Transports, jeux de mots, théâtre et gaulois au programme des antennes

L'antenne de Brunoy au Musée des Arts et Métiers (c) DR

Visite du musée des Arts et Métiers 

Mercredi 31 janvier, un groupe de 17 enfants de primaire, 12 collégiens et une lycéenne accompagnés par 11 bénévoles et une maman de l’antenne de Brunoy ont visité le Musée des Arts et Métiers à Paris.  

Créé en 1794, il présente plus de 2400 inventions réparties en 7 collections : instruments scientifiques, matériaux, énergie, mécanique, construction, communication, transports. C’est sur ce dernier thème qu’a porté la visite. 

Des premiers bus à l’avion de Blériot en passant par le modèle de la Statue de le Liberté sculptée par Bartholdi, les participants ont vécu un moment très enrichissant. Les plus jeunes ont été très impressionnés par une oeuvre du verrier René Lambourg représentant un lion attaquant un serpent, le tout réalisé en verre filé dans les années 1850. 

La visite s’est terminée par la projection d’une histoire avec « la lanterne magique » 1659, ancêtre des appareils de projection. Ce sont des images peintes sur des plaques de verre projetées à travers un objectif, via la lumière d’une chandelle ou d’une lampe à huile à l’époque, l’électricité aujourd’hui. 

Grâce à deux jeunes conférencières très pédagogues, cette visite a suscité l’intérêt et la curiosité de tous. Suscitera-t-elle des vocations d’inventeurs ? 

 

Au plaisir des mots 

L'antenne de Nogent Le Perreux à l'issue de son atelier d'écriture
L’antenne de Nogent Le Perreux à l’issue de son atelier d’écriture

Le 17 février dernier, Isabelle et Florence ont animé un atelier d’écriture à destination des CM1-CM2 de l’antenne de Nogent le Perreux. L’objectif ? Offrir aux participants un espace de liberté, d’expression et de jeu. 

C’est Isabelle qui a ouvert le bal : 

Quel plaisir 

de déguster les mots 

les avoir bien en bouche 

les mâcher mâchonner mâchouiller 

les mordiller les mastiquer 

avec une extrême gourmandise 

en savourant 

le jus des mots. 

François David 

Rapidement rejointe par le reste des participants en jouant avec les thèmes « j’aime et je n’aime pas ». Les enfants ont adoré et les réponses ont été variées, originales et créatives.  

En conclusion, chaque enfant a laissé son imagination agir inspiré par un mot ce qui a donné naissance à de beaux morceaux de poésie comme « Je dis encre et je vois un animal tout bleu » ou « je dis terre comme une bille qui tourne »… 

Les enfants ont ensuite donné leur avis sur cette journée : 

  • « C’était très bien, comme une surprise. » 
  • « C’était bien de voir la personnalité des autres. » 
  • « C’était bien d’écrire. » 
  • « J’ai bien aimé, on a su ce qu’aimaient les autres. » 
  • « J’ai bien aimé et j’aimerais revenir. » 
  • « On a appris à se connaître, j’aimerais bien revenir. » 

Nous attendons avec impatience le deuxième atelier et un grand merci à Isabelle et Florence !

 

Molière a la cote 

Les enfants de l'antenne du 18ème avec les comédiens de la troupe "Le Grenier de Babouchka" (c)DR
Les enfants de l’antenne du 18ème avec les comédiens de la troupe « Le Grenier de Babouchka »
(c)DR

Un petit groupe d’enfants de l’antenne du 18e arrondissement de Paris, principalement de CM2 et de 6ème, ont pu découvrir Le Malade imaginaire de Molière, proposé par la troupe du Grenier de Babouchka, au théâtre Saint-Georges 

Les comédiens ont su mettre cette pièce classique à la portée de tous. Les enfants ont été séduits par la mise en scène dynamique et les jeux de scène très drôles. La scène où Toinette se déguise en médecin et celle où Argan fait le mort leur ont beaucoup plu. 

Un hommage particulier a été rendu à Molière ce jour-là, le 17 février, date anniversaire de sa mort. À la fin, Béralde, frère d’Argan (rôle joué par Molière), a rendu son dernier souffle sur le fauteuil du malade. 

À la fin du spectacle, les enfants ont pu voir trois des comédiens (Argan, Toinette et Thomas Diafoirus) qui ont accepté de poser au milieu d’eux. 

 

Visite de l’exposition Astérix à la cinémathèque 

Exposition à la Cinémathèque Française (c) DR
Exposition à la Cinémathèque Française
(c) DR

Le lundi 19 février, les antennes de Corbeil et Draveil se sont rendues à la Cinémathèque française sur les traces du célèbre Goscinny pour assister à l’exposition GOSCINNY ET LE CINÉMA : EXPOSER UNE IDÉE FIXE. 

Un guide a commencé par poser des questions aux enfants sur le cinéma. Si beaucoup savaient que la télé était en noir et blanc à ses débuts, tous ignoraient que les premiers films duraient 38 secondes.  

Au cours de l’exposition, le guide a expliqué à l’aide de divers supports animés ou dessinés, d’où venait l’inspiration de Goscinny. Les questions portaient non seulement sur Astérix mais aussi sur les autres créations de l’auteur comme le petit Nicolas ou Lucky Luke. 

Les enfants ont aussi pu visionner divers extraits de films et découvrir les étapes de la production d’une image animée.  


Ça bouge dans les antennes !

Atelier radio à la MJC de Limours © DR

Le mois de février a été riche en rencontres et activités pour les jeunes de nos antennes ainsi que leurs familles. Retour sur celles de Limours, Nantes et Paris Rive-gauche.

Flash Info

Six jeunes de l’antenne de Limours ont pu s’initier à la radio au cours de deux journées passées à la Maison des Jeunes et de Culture (MJC). La chaine radio Terres de Mixes leur a ouvert l’antenne pour enregistrer des flashs infos culturels et de libre expression. Une activité très enrichissante organisée par des bénévoles de la MJC. Un grand merci à eux !

Une parenthèse magique

Spectacle de Magie à Nantes
Spectacle de Magie à Nantes
© DR

Une cinquantaine d’enfants et leur famille ont assisté à un spectacle de magie à la maison de quartier des Haubans. Le magicien Chris William a ainsi emmené petits et grands dans son univers féerique et très humoristique en les faisant participer à de nombreux numéros plus magiques les uns que les autres. Ainsi, un enfant a eu le privilège de se transformer en magicien et une autre a lévité au milieu de la scène sous les regards admiratifs des spectateurs. Malgré les efforts du public, personne n’a réussi à percer les secrets du maître ! L’après-midi s’est terminée par un goûter, un moment convivial qui a permis aux bénévoles, aux parents et aux enfants de partager leurs ressentis.

Spectacle de Magie à Nantes
Spectacle de Magie à Nantes
© DR

Cap sur l’orientation pour le secteur Paris Rive-Gauche

Pour la quatrième année consécutive, s’est tenue, à la Maison des Associations du 13e arrondissement, une réunion d’information sur l’Orientation, à destination des élèves de 4e/3e et de seconde, niveaux scolaires où des questions et des choix d’orientation se posent .

Y étaient conviés les jeunes du secteur suivis par l’E.S.A, ainsi que leurs familles et « leurs » bénévoles. Cette réunion a été coanimée par Marie-Claude, membre de l’E.S.A et principale de collège à la retraite, Maïté, responsable du secteur et Lilia, co-responsable d’une des antennes du secteur. Au total, une trentaine de personnes : parents, enfants et quelques bénévoles se sont retrouvés assis en demi-cercle pour parler orientation pendant 2 heures.

Pour éviter un ton trop magistral, la réunion a pris la forme d’un échange Questions/Réponses, au plus près des préoccupations et interrogations des jeunes et de leurs familles. Priorité a été donnée aux jeunes en classe de 3e, pour qui la date des premiers vœux des familles approchait.

Echange vivant, et « illustré », selon Eric, un « ancien » de l’E.S.A, qui a raconté son parcours depuis le collège jusqu’à son BTS en alternance.

Vivement l’année prochaine !

 

Rendez-vous sur la page Facebook de l’Entraide Scolaire Amicale pour suivre l’actualité des antennes !


Farah et Sonia en Arctique

En ce début d’année 2018, Farah et Sonia, collégiennes aidées par l’E.S.A, se sont rendues à la Géode, accompagnées d’Anne-Françoise, bénévole dans le 17e arrondissement de Paris. Au programme, les aventures à travers la banquise d’une maman ourse et de ses deux petits.

Farah,13 ans, raconte:

”Quand on rentre dans la salle de cinéma de la Géode c’est énorme, comme dans une boule. Les sièges sont inclinés et on se sent comme sur des transats ! L’écran n’est pas plat, mais il a la forme de la moitié de la boule. C’est un écran à 180°. On avait l’impression d’être au pôle Nord !
Le film nous a appris plusieurs choses. L’ours mange des phoques et comme le climat s’est réchauffé, la glace fond et les phoques s’éloignent. Les ours ne peuvent donc plus manger et ils cherchent à se nourrir de leurs petits. Le film nous a montré qu’ils courrent pour attraper leurs petits. Mais la maman ourse défend ses petits et ils réussissent à s’enfuir. Le film nous a appris aussi que les ours polaires étaient à l’origine des ours bruns. Ils se sont adaptés à leur environnement (le froid, la couleur ex…).
J’ai passé une très bonne journée avec Anne-Françoise et ma soeur Sonia. Le film m’a beaucoup plu ! »

 

Cette visite a remporté un grand succès auprès de Farah et Sonia : éblouissement devant les dimensions et la forme de la salle, magie et poésie du film ! Au-delà de ces aspects pédagogiques et récréatifs, passer ce moment ensemble nous a permis de mieux nous connaître, et de prendre le temps d’échanger !

Une visite à recommander à tous les bénévoles de l’E.S.A à Paris !