^

Découvrez notre dernier rapport d’activité !

 

Notre rapport d’activité 2018-2019 est en ligne !

Cliquez sur le lien pour le consulter et retrouvez ci-dessous l’édito d’Aurélie Goin, présidente de l’Entraide Scolaire Amicale.

Pour une consultation en ligne plus facile, et un téléchargement, cliquez ici.

 

Cette année encore, nous avons accompagné plus de 4 000 enfants dans toute la France. L’année a été riche en nouveautés et placée sous le signe de la qualité de notre action. En particulier, l’offre de formations et de ressources pédagogiques destinées aux bénévoles s’est enrichie. Les actions d’ouverture pour les enfants et les jeunes se sont fortement développées et continuent à se diversifier (écriture d’ouvrages, réalisation d’une pièce de théâtre, coaching…).

Cette année 2019 a une résonance toute particulière, car elle marque les 50 ans de l’E.S.A. L’assemblée générale nous a donné l’occasion de fêter cet anniversaire en présence de Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Une belle reconnaissance de l’engagement de nos bé- névoles, de l’efficacité du mentorat et de la qualité de notre action. Depuis 50 ans, l’E.S.A est engagée auprès des familles modestes pour faire en sorte que tous les enfants aient droit à la même chance et, malheureusement, notre mission est plus que jamais d’actualité car les besoins sont toujours immenses.

Forts de ces 50 ans d’expérience, nous sommes convaincus que le mentorat est un modèle à essaimer. Aussi avons-nous naturellement rejoint le collectif mentorat. Avec l’Afev, Article 1, Chemins d’avenirs, NQT, Proxité, Socrate et Télémaque, nous avons pour ambition de faire du mentorat un droit pour chacun, de l’enfance à l’entrée dans la vie active. Des expérimentations seront par exemple menées dans le cadre des Cités éducatives, dont l’E.S.A est partenaire officiel.

Nous sommes plus que jamais tournés vers l’avenir. Notre nouveau plan stratégique 2019-2024 guidera nos actions pour les prochaines années.

Un grand merci à nos bénévoles pour leur engagement aux côtés des enfants et de leur famille ainsi qu’à nos partenaires. Sans eux, rien ne serait possible.

Aurélie Goin
Présidente de l’Entraide Scolaire Amicale


L’E.S.A mobilisée plus que jamais aux côtés des familles pendant la crise sanitaire

Alors que la crise sanitaire renforce les inégalités sociales et que la continuité pédagogique est particulièrement difficile pour les familles que nous accompagnons, les bénévoles de l’E.S.A sont plus que jamais mobilisés.

Leur priorité : maintenir un lien régulier avec les enfants et leur famille tout en restant à distance pour respecter le confinement. Que ce soit par téléphone, par mail ou visio conférence, ils leur apportent une écoute attentive, les aident à se remobiliser en cette période particulière ainsi qu’à maintenir le lien avec les établissements scolaires. Nos responsables d’antenne restent également en contact régulier avec les bénévoles, les familles et nos partenaires.

Les initiatives des bénévoles et les échanges avec nos partenaires se sont multipliés pendant cette période pour faire face aux nombreux problèmes que le confinement pose, et notamment des difficultés informatiques. Une des initiatives, #ConnexiondUrgence, a donné lieu à un don d’ordinateurs à plusieurs familles, action rendue possible grâce à la Fondation Break Poverty, à Emmaüs Connect et à la Fondation SFR avec le collectif Mentorat.

Mais, nous savons d’ores et déjà que les besoins seront nombreux à la rentrée. Nous comptons sur votre soutien, vos dons nous permettent de financer les actions ainsi que le fonctionnement de l’association et de ses 3 500 bénévoles. Pour soutenir notre action :

– faire un don ici

– devenir bénévole ici

Un grand merci d’avance pour votre aide !


Cirque d’hiver, ludothèque, quai Branly, Street Art et visite de l’Hôtel de ville : des sorties variées à Paris

 

Cirque d’Hiver : “le Défi”

20 enfants de l’antenne de Paris 11e ont assisté au récent spectacle du Cirque d’Hiver : “le Défi”.
Acrobates, jongleurs, clowns, dresseurs de chats et de caniches blancs, lamas, chameaux étaient parmi nous à la grande joie de tous pour présenter leurs derniers numéros de cerceaux, de dressage et d’acrobatie.

 

Grâce à Anne, Émilie, Françoise et Marie Arielle, nos bénévoles, cette sortie fut une grande réussite. Enfants subjugués par la scène, adultes attentionnés et dévoués, ce fut une belle fin d’année !

“C’était trop beau” ont dit les petits !

 

Ludothèque

Les enfants du secteur Paris Rive Gauche (5e, 13e et 14e arrondissements) ont rendez-vous chaque mois à la ludothèque.
Au programme de la session de décembre, un jeu collaboratif. Pour avancer dans le jeu et réussir, ils ont dû bien sûr réfléchir, mais aussi apprendre à se parler, ce qui n’a pas été le plus simple. Puis, quartier libre : certains enfants ont continué à jouer à des jeux de société, d’autres sont partis à l’aventure dans la ludothèque à la recherche d’autres types de jeux (construction, cabanes…).

 

Merci à Cabane à Jeux : Ludothèque pour son accueil pour notre rendez-vous mensuel !

Quai Branly

Samedi 11 janvier, 5 collégiens du secteur Rive Gauche (Paris 5e, 13e et 14e) ont découvert le musée du Quai Branly. Accompagnés par une guide dynamique et munis d’une oreillette, ils ont voyagé au travers de quatre continents : l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique et l’Asie. Curieux, ils ont été interpellés par certaines œuvres. Les masques, statues, totems et autres costumes en différents matériaux tels que le bois, les perles de verre, les cheveux ou la pierre n’ont plus de secret pour ces visiteurs repartis contents de ce tour du monde des cultures.

 

 

Street Art

Ballade urbaine et collage le samedi 18 janvier, dans le quartier du canal de l’Ourcq Paris 18e-19e, pour une douzaine d’enfants du CM2 à la 2nde. 

Trois conservateurs stagiaires du patrimoine, dans le cadre de leur formation à L’Institut national du patrimoine, ont proposé à notre antenne un projet d’Éducation Artistique et Culturelle. A partir de la station Ourcq, découverte des oeuvres, notamment issues du festival de street art « Ourcq Living Colors », évocation de la naissance et l’histoire de l’art urbain, de quelques artistes reconnus, observation des différentes techniques, questionnement sur l’appropriation de l’espace urbain : à qui appartient la rue ? Qu’est-ce qui est autorisé ? Pourquoi certains artistes s’approprient-ils les murs de la ville ? La ballade a également permis de sensibiliser les participants au patrimoine architectural et à l’histoire de l’architecture industrielle.

Près de la place de Torcy, rencontre avec l’artiste Madame Moustache qui investit l’espace urbain avec ses collages jouant sur les mots et les images. Elle a proposé aux enfants de procéder au collage d’une œuvre … qu’il a fallu arracher ensuite, l’occasion de mesurer le caractère éphémère de l’art urbain. Avec la collaboration de tous, les yeux attentifs et perplexes ont vu naître la fresque de papier, pan par pan, et fait des hypothèses avant de découvrir l’image et la phrase qui jouait avec elle : 

« LES PLUS BEAUX VERS NE SE TIRENT PAS DU NEZ ».

 

 

Les élèves conservateurs nous ont confié qu’ils avaient vécu « un moment fort, autour d’une création commune, intergénérationnelle et interculturelle, qui, ils l’espèrent, a fait ressentir à chacun et chacune qu’il ou elle pouvait créer de belles et grandes choses. »

 

 

 

Hôtel de Ville

Mercredi 12 février : visite de l’Hôtel de Ville de Paris pour 18 collégiens et lycéens de l’antenne de Paris 12e.
A leur arrivée, ils ont été accueillis par la conférencière qui les a invités à monter un escalier majestueux conduisant à la grande salle des fêtes et aux autres salles de réception où ils ont pu admirer peintures, sculptures, lustres, parquets…
La conférencière a alterné histoire, art et vie civique et a fait participer les jeunes à l’aide de questions appropriées.
La visite s’est terminée par la descente de l’escalier intérieur en colimaçon.
Un grand merci à notre conférencière pour cette visite passionnante !

 

 

A la découverte des métiers dans les antennes

Accompagner les jeunes dans leur choix d’orientation est essentiel. Zoom sur des initiatives à travers la France.

En novembre, forum des métiers pour l’Ile-de-France

Samedi 16 novembre 2019, forum des métiers en partenariat avec l’association Proxité au centre Louis Lumière dans le 20ème arrondissement, pour les jeunes de 4ème, 3ème et 2nde d’Ile-de-France.

Au total, 120 jeunes étaient présents.

 

 

Accueillis par des professionnels de différents secteurs, l’objectif était de leur faire découvrir plusieurs métiers et les aider à choisir leur orientation. Il leur a été proposé un parcours de 4 métiers, 2 de leur choix et 2 autres imposés pour leur faire découvrir d’autres secteurs d’activité. Ils étaient très intéressés, attentifs et curieux des métiers proposés. Certains parents étaient également présents.

 

 

En décembre, visite d’EDF à Toulouse

Le 8 décembre, 9 enfants de CM2, 6e et 5e sont venus visiter l’espace EDF Bazacle. Cet ancien moulin devenu centrale hydroélectrique, est l’un des lieux incontournables de la ville rose.

 

 

L’Espace Découverte EDF présente un parcours pédagogique consacré aux énergies renouvelables et aux activités d’EDF, avec un focus sur l’énergie hydroélectrique. Grâce à une guide, les enjeux énergétiques, le développement durable et la biodiversité ont été abordés de façon ludique.

 

 

En janvier, aéronautique à Blagnac

Le 12 janvier 2020, visite au musée Aeroscopia de Blagnac, dans le cadre du projet de découverte des métiers de l’aéronautique et de l’histoire de l’aviation.

A cette occasion, 17 jeunes (de 4e, 3e et 2nde) ont découvert l’avion par le biais des technologies : quels types de moteurs ? Comment fournir les énergies à bord ? Avec quels matériaux construire un avion? Comment se pilote un avion ? Comment assurer la vie à bord ?

En s’appuyant sur différents appareils comme l’Eole, l’A300, le Super Guppy ou encore le Concorde véritable laboratoire technologique, différentes technologies et principes aéronautiques ont été présentés, ainsi que leur évolution au cours du temps en s’adaptant au contexte socio-économique tout en gardant comme objectif la sécurité et les performances du transport aérien.

 

Un grand merci à tous les responsables d’antenne, bénévoles et intervenants, sans qui ces sorties ne seraient pas possibles.

 

 


« Rendre ce qui m’a été donné en aidant des élèves fragiles, c’est tout le sens que je donne au mentorat. » 

Hugues, 52 ans, mentor depuis trois ans à l’E.S.A : « Rendre ce qui m’a été donné en aidant des élèves fragiles issus d’une autre culture, c’est tout le sens que je donne au mentorat. » 

« Il y a trois ans, j’ai réalisé que le temps que je consacrais au travail ne correspondait pas à mes attentes : il me fallait donner plus de sens à ma vie » raconte Hugues, 52 ans, directeur général d’une entreprise informatique située à Carquefou, près de Nantes. « J’ai tout de suite voulu aider des jeunes : tous n’ont pas les mêmes chances » explique cet ancien bon élève, diplômé de Centrale Lille, conscient d’avoir été élevé dans des conditions privilégiées et de les offrir à ses trois enfants.

 

La première association qui répond à son offre de mentorat est l’Entraide Scolaire Amicale (E.S.A). Heureuse coïncidence, il en partage les valeurs : solidarité et respect des cultures. Depuis, chaque semaine, fort des formations suivies à l’association, Hugues se rend au domicile de son élève, dans une cité. Cas pratiques et jeux de rôle lui permettent d’identifier ses blocages. « Un enfant ne progresse pas en répétant une leçon par mimétisme, mais quand il accède au raisonnement. » Pour autant, Hugues sait qu’il n’existe pas de baguette magique. « Quand mon élève sort d’un contrôle avec la moyenne, c’est déjà une victoire qui nous rend heureux tous les deux. » Autre geste concret : aider les jeunes qu’il accompagne à trouver des stages de seconde professionnelle. « Faute de réseau, ils ont du mal malgré mes conseils. Alors s’il faut les prendre comme stagiaires dans mon entreprise, je le fais ». Le mentorat, un beau cadeau fait aux jeunes qui en ont besoin ? « Le cadeau, je me le fais à moi-même en étant mentor » sourit-il.