^

« Prêts pour la 6e, bien partis dans la vie ! » : nous avons besoin de votre soutien

Aidez-nous à remettre sur le chemin du succès des enfants de CE2 à CM2
Il y a urgence !

A l’entrée en 6e, 20% des élèves ont de graves difficultés de lecture* qui impactent directement leur capacité à comprendre les énoncés, qui les empêchent de réviser leurs cours et les pénalisent aussi en matière de vocabulaire et d’expression. En zone d’éducation prioritaire, ce chiffre s’élève même à 31% des élèves. Dès lors, le cercle vicieux s’enclenche : difficultés fortes en 6e, orientation subie en 3e, et pour 100 000 jeunes par an, la sortie pure et simple du système scolaire, sans aucun diplôme.
 *source Ministère de l’Éducation Nationale

L’échec n’est pas inéluctable !
Les lacunes accumulées au primaire ne sont pas définitives si l’enfant bénéficie d’un accompagnement personnalisé, si on lui redonne confiance en lui et si on élargit son horizon pour lui donner l’envie d’apprendre.
Avec l’accompagnement des bénévoles de l’E.S.A, les enfants progressent* :
 *source bilan annuel auprès des familles d’enfants accompagnés par l’E.S.A

Opération commando pour les CE2/CM2
L’E.S.A va accompagner 200 élèves de CE2 en grande difficulté dans un programme de type « coaching » sur 3 ans, jusqu’à l’entrée en 6e :

Tutorat personnalisé : chaque semaine, au domicile de l’enfant, un bénévole de l’E.S.A s’attachera à ramener l’enfant vers l’autonomie et la réussite. En s’appuyant sur les centres d’intérêt de l’enfant, en créant un dialogue bienveillant, en utilisant notamment des jeux (pour compter, mémoriser, respecter les règles…) et des supports numériques, le bénévole comblera les lacunes de l’enfant et lui redonnera confiance;

Ouverture au monde : les enfants participeront avec leur bénévole à deux sorties collectives ludiques, culturelles ou citoyennes. Objectif : éveiller leur curiosité, leur donner l’envie de découvrir le monde qui les entoure et en devenir acteur ;

Accompagnement des parents : le lien entre parents et enfants est fondamental pour la réussite à l’école. Chaque semaine, le bénévole aide les parents à s’impliquer dans la scolarité de leur enfant. Pour (re)créer une relation conviviale et complice, nous organiserons des ateliers parents /enfants pour jouer et passer du temps ensemble loin de la solitude des écrans divers.

 

Vos dons seront abondés par la Fondation EDF : un bel effet levier !
La Fondation EDF soutient l’E.S.A pour cette opération : pour chaque euro donné par un particulier ou une entreprise, la Fondation EDF abonde de 100%. 

Pour mieux comprendre le système, regardez notre vidéo :

« L’entrée en 6e est une étape charnière. C’est pourquoi nous souhaitons proposer un accompagnement renforcé aux enfants dès le CE2. Grâce à ce programme, en 3 ans, ils seront prêts à entrer au collège. Avec l’abondement de la Fondation EDF, l’effet levier est important : après réduction fiscale un don de 100 € vous coûtera 34 €, et l’E.S.A recevra 200 € dont 100 € versés par la Fondation EDF. On compte sur vous ! » Aurélie Goin, présidente de l’E.S.A

A quoi va servir l’argent collecté ?
Pour mener à bien le projet, nous devons collecter 20 000 € pour :
–    fournir à nos bénévoles des supports pédagogiques dédiés, leur permettre de participer à des formations pédagogiques dispensées par des professionnels ;
–    équiper nos antennes de jeux de société ;
–    organiser les sorties collectives ;
–    animer les ateliers parents / enfants.

Alors, on compte sur vous ! Rendez-vous sur notre page de collecte du 17 septembre au 31 octobre : https://www.helloasso.com/associations/entraide-scolaire-amicale-esa/collectes/pret-pour-la-6eme


Et si vous aidiez un enfant qui habite à côté de chez vous ?

Vous hésitez ? Vous pensez que vous n’en serez pas capable ? Détrompez-vous, la plupart de nos bénévoles ne sont pas enseignants ! Nous accompagnons des enfants du CP à la Terminale. Vous choisirez la matière et le niveau de l’enfant. Sans oublier que tous nos jeunes sont scolarisés : ils ont déjà leurs enseignants.

 

 

L’envie de partager ses connaissances avec un jeune et de l’aider à reprendre confiance en lui : c’est le point commun entre tous nos bénévoles. Alors, n’hésitez plus, rejoignez-nous !

« L’E.S.A m’a permis de me sentir utile ! J’aide tous les ans un ou deux élèves de lycée. […] L’E.S.A, c’est la rencontre avec un groupe de personnes généreuses et la découverte de belles histoires. » Marie-Gabrielle, bénévole à l’antenne d’Orléans.

Vous ne serez pas seul : votre responsable d’antenne vous accompagnera tout au long de l’année. Un large choix de formations vous sera également proposé sur la pédagogie ou encore pour être plus à l’aise dans la relation avec l’enfant et sa famille. Vous aurez la possibilité de rencontrer d’autres bénévoles régulièrement lors de réunions d’antenne, de sorties collectives, de formations, etc. Ces moments d’échanges vous permettront d’avoir de nouvelles idées et de vous adapter au mieux à l’enfant.

Pour vous engager, envoyez un mail à l’adresse : contact@entraidescolaireamicale.org

Votre action sera utile : la preuve par trois ! (cliquez sur leur photo pour lire les témoignages de nos bénévoles)

Marie-Gabrielle, bénévole à l'E.S.A
Marie-Gabrielle
Bastien Aquet, collaborateur Bouygues Energies & Services
Bastien
Audrey


Témoignage : la belle réussite de Djenebou !

Djenebou et Denis, binôme de l'antenne d'Orléans

L’E.S.A a recueilli le témoignage de Djenebou, accompagnée par Denis pendant quatre ans, elle est maintenant titulaire d’un BAC Pro. Un grand bravo à elle pour son sérieux et sa ténacité et merci à Denis pour son investissement bénévole auprès de son élève. 

“Les années que j’ai passées avec l’E S.A se sont terminées par une belle réussite.

En effet, pendant ces 4 ans j’ai pu apprendre, à mon rythme avec Denis qui m’a beaucoup aidée pendant ma scolarité, car j’ai obtenu consécutivement mon brevet, mon BEP et mon Bac Pro « Accompagnement soins et services à la personne ».

Je conseille l’aide de l’E.S.A. aux gens qui ont des difficultés dans leur parcours scolaire car ça va les aider à progresser à leur rythme et c’est enrichissant, notamment pour les personnes d’origine étrangère qui ne parlent pas français chez eux.

Actuellement, je suis en formation d’aide-soignante à l’Institut de formation paramédicale et l’année prochaine, j’envisage de suivre la formation d’auxiliaire de puériculture, sur deux ans. Je peux donc me préparer à faire le métier que j’ai choisi.

Pour finir, je remercie l’E.S.A. pour son aide, son soutien, ses conseils et encouragements, principalement Denis, qui a cru en moi parce que je voulais réussir.

Je ne vais jamais oublier ce parcours car ça été une belle réussite.

Encore merci pour tout.”


Le secteur Indre et Loire, lauréat des « Coups de Cœur Solidaires 2018 » de la Fondation SNCF

Ecrivains en herbe avec la Fondation SNCF

L’appel à projets proposé correspondait à l’un des objectifs majeurs de l’E.S.A, l’ouverture au monde.

« Un atelier d’écriture pour des écrivains en herbe »

 

Ce projet, porté par un membre de l’E.S.A retraité de la SNCF, consiste à former des bénévoles volontaires aux techniques d’écriture d’une nouvelle. Bénévoles, qui ensuite, avec les enfants qu’ils accompagnent, vont produire un texte, une nouvelle de 5 à 20 pages.

Il s’agit de montrer aux enfants de quoi ils sont capables, imagination, style, construction d’une histoire et valoriser ainsi leur talent insoupçonné.

“Nous sommes, à la fois, dans l’extra scolaire et dans le scolaire car l’approche mettra en exergue le vocabulaire, la conjugaison, la syntaxe, etc.” Jean-Luc Seroude, co-responsable d’antenne et coordinateur du projet.

Le but final est de produire un recueil de nouvelles qui sera la concrétisation du projet.

Le mardi 2 octobre s’est déroulé l’atelier d’écriture avec 12 bénévoles volontaires issus de 5 antennes du secteur Indre et Loire.

La formation conduite par Patrick Laurent, écrivain et scénariste, bénévole de l’antenne de Tours nord/St Cyr, fut très instructive sur le plan technique mais a permis, surtout, de plonger les bénévoles dans la littérature, de leur faire prendre conscience que tout le monde peut écrire de la fiction, de désinhiber les craintes et de motiver tout le monde. Chacun a pu s’étonner de ses capacités à écrire et à transmettre ce plaisir d’écrire.

Ce fut une belle journée baignée de mots, de phrases sublimes, d’histoires étonnantes, de talents multiples et de découvertes personnelles.

Merci à Patrick LAURENT pour cette formation et pour l’engagement qu’il prend à suivre les nouvelles, à conseiller les binômes, bénévole et enfant jusqu’à l’aboutissement de ce beau projet.

Fondation SNCFcoups de coeur solidaires


Témoignage d’une famille accompagnée à Nantes

enfants accompagnés par l'E.S.A

Ibrahim et Malak sont arrivés en France en avril 2017. Ils ont 4 enfants, dont 3 accompagnés par l’E.S.A : Aïsha (11 ans), Amina (8 ans) et Fatma (7 ans). Toute la famille a témoigné sur la relation qu’ils entretiennent depuis un an avec les bénévoles de l’E.S.A qu’ils ont connue grâce aux travailleurs sociaux de l’association Aurore qui les ont accompagnés à leur arrivée. Malgré quelques difficultés de compréhension, l’entretien s’est fait dans la bonne humeur et en riant beaucoup. Les enfants nous ont beaucoup aidés à nous comprendre, les parents et moi, en traduisant dans les deux langues.

 

Pauline (volontaire civique à l’E.S.A) : Comment cela se passe-t-il avec les bénévoles ?

Ibrahim : ça se passe bien. C’est vraiment bien pour les enfants, ils sont très contents. A la sortie de fin d’année, on a pu jouer tous ensemble, c’était bien.

Fatma : On parle mieux français ! Papa et maman parlent parfois avec la bénévole qui vient à la maison, ça les aide à progresser.

Aïsha : Ma bénévole, elle est très gentille. Elle va doucement avec moi. Elle a apporté un cadeau pour mon anniversaire : un coloriage et parfum. Et sa fille, elle m’a même offert un scoubidou.

action d'ouverture au monde E.S.A

Pauline : Qu’est-ce que vous faites avec les bénévoles ?

Aïsha : Je travaille le français, je fais des coloriages magiques. Regarde, on a travaillé tout ça (elle me montre un cahier).

Amina : les plus, les moins et les fois.

Fatma : Avec mon maître, en maths : les plus et les moins et les coloriages magiques !

 

Après ces quelques questions, le petit frère, Abdullah, est venu me montrer la vidéo de sa grande sœur Aïsha à son spectacle de danse pour la sortie de fin d’année de l’école. C’est une famille très chaleureuse. Un vrai bonheur pour les bénévoles qui accompagnent des enfants qui ont autant envie d’apprendre.

Merci à eux de nous donner autant le sourire ! Merci à Malak pour son thé à la menthe fabuleux et à Ibrahim pour les basboussas (petit gâteau à la noix de coco, spécialité véritablement délicieuse) !

 


L’antenne d’Avignon, un an après son ouverture

Richard Brosseron, co-responsable de l'antenne d'Avignon et Gérard Lefebvre, un bénévole au forum des associations d'Avignon (c) D.R.

Sarah Mougnaud est co-responsable de l’antenne d’Avignon ouverte depuis maintenant un an. Retour sur une belle aventure qui n’a pas a été de tout repos !

E.S.A : Votre parcours en quelques lignes ?

Sarah : J’ai grandi en région parisienne, en Seine-Saint-Denis, puis j’ai fait mes études de chimie à Paris. Je suis descendue dans le sud, à Avignon, pour ma thèse qui s’est déroulée au CEA pendant 3 ans. Mon doctorat en poche, j’ai trouvé du travail au même endroit, dans le secteur du nucléaire, et j’ai eu envie de m’investir dans un projet de solidarité.


Depuis combien de temps connaissez-vous l’E.S.A ?

Pendant ma thèse il y a 3 ans, j’avais eu envie de faire du soutien scolaire bénévole et j’étais tombée à plusieurs reprises sur le site de l’E.S.A, mais qui ne proposait pas de soutien à Avignon.


Comment vous est venu le projet d’ouvrir une antenne à Avignon ?

J’avais initialement envie de m’investir dans du soutien scolaire bénévole pour donner des cours moi-même, mais je ne trouvais pas d’association qui propose cela et qui soit compatible avec mon activité professionnelle. J’ai contacté l’E.S.A pour savoir s’ils n’avaient pas de structure à Avignon. Comme j’avais un peu de temps, et que les valeurs et le principe de fonctionnement de l’E.S.A me plaisaient beaucoup, j’ai proposé au responsable du secteur Grand Sud de créer cette antenne. J’ai mené ce projet avec un ami doctorant, Fabien Pacaud, qui a aujourd’hui quitté l’antenne pour des raisons professionnelles, Richard Brosseron a pris le relais.


Quelles ont été les difficultés rencontrées au début ? Comment y avez-vous fait face ?

N’ayant pas grandi à Avignon, je ne connaissais pas bien les écoles, les collèges, les lycées, le tissu associatif des différents quartiers. J’ai passé un peu de temps à me renseigner. Les relations avec les partenaires se sont tissées au fil de l’année, via les enfants et leur famille notamment. Au départ, mon réseau s’appuyait essentiellement sur les doctorants du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), nous avons donc commencé comme cela pour créer l’antenne. Par la suite, nous avons été contactés via France Bénévolat ou le site de l’E.S.A.

L’autre difficulté était de recruter des bénévoles au début de l’antenne sans que celle-ci existe déjà, il fallait expliquer le fonctionnement alors que nous ne l’avions pas encore expérimenté. Mais le soutien de l’antenne de Marseille nous a beaucoup aidés pour nous imprégner des principes de l’E.S.A, et la formation « co-responsable » a également permis de bien intégrer les valeurs et le discours à partager.


Quel bilan faites-vous de cette aventure aujourd’hui ?

Je pense qu’il y avait un réel besoin du point de vue des familles, car beaucoup de centres sont complets et les assistantes sociales me disent que dans certains cas un accompagnement individualisé est vraiment important. Il y avait également une attente côté bénévoles, de gens qui ne trouvaient pas d’association pour s’investir dans du soutien scolaire individuel. Cette première année a été l’occasion de belles rencontres avec les parents, les enfants et les bénévoles, et j’espère pouvoir continuer et répondre au besoin de plus d’enfants l’année prochaine !


Sarah Mougnaud, co-responsable de l'antenne de l'Entraide Scolaire Amicale d'Avignon
Sarah Mougnaud, co-responsable de l’antenne de l’Entraide Scolaire Amicale d’Avignon
(c) D.R.

Si vous deviez donner un conseil à quelqu’un qui souhaite devenir responsable d’antenne quel serait-il ?

Pour animer une antenne, je pense qu’il faut s’appuyer sur un bon réseau ou quelques personnes très motivées afin de ne pas gérer seul toutes les décisions et les actions à faire. Si je n’avais pas eu les quelques doctorants avec qui j’ai commencé l’aventure, cela aurait été très compliqué ! Ensuite, je dirais qu’il faut être sérieux et impliqué, mais ne pas se laisser déborder par la pression que l’on se met soi-même : quand j’avais l’impression que ça m’arrivait, je prenais du recul et me disais que même si à la fin de l’année nous n’avions aidé que quelques enfants, ça en valait déjà la peine ! On ne pourra jamais répondre aux demandes de toutes les familles mais ce que l’on fait est important et visiblement apprécié. Enfin, l’appui des responsables de l’antenne de Marseille a été essentiel, ils étaient très disponibles pour répondre à nos interrogations : il ne faut pas hésiter à se servir du réseau de l’E.S.A et de l’expérience de ses responsables quand on commence !


HEC Alumni avec l’E.S.A !

HEC et Entraide Scolaire Amicale
HEC Alumni, l’association des anciens élèves d’HEC, a décidé, pour promouvoir l’égalité des chances et la diversité, de s’investir aux côtés de l’E.S.A. Après s’être engagée en mentorat-tutorat « post-Bac » avec l’AFIP, Article 1 et à travers « PREP’HEC/Cordées de la réussite », HEC Alumni va désormais s’investir en « pré-Bac » aux côtés de l’Entraide Scolaire Amicale, dans sa mission de lutte contre le décrochage scolaire.
 
 
 
 
Engagée depuis plus d’un an et demi, la collaboration entre HEC Alumni et l’E.S.A fait désormais l’objet d’une convention qu’ont signée Emmanuel Chain, ancien président d’HEC Alumni, et Aurélie GOIN, présidente de l’E.S.A. 
 
« Nous nous félicitons de la signature de ce partenariat. Nous espérons que de nombreux anciens HEC nous rejoindront pour faire en sorte que “Tous les enfants aient droit à la même chance”. Cette convention est aussi pour nous une reconnaissance de la qualité de l’action de l’E.S.A » Aurélie Goin, Présidente de l’E.S.A
Concrètement, HEC Bénévolat, qui porte l’engagement sociétal de l’Association, mobilisera les anciens HEC pour les informer des besoins de l’E.S.A et les sensibiliser à un engagement bénévole pour les différentes missions qu’elle propose. A ce jour, grâce au relais d’HEC Bénévolat, plusieurs bénévoles nous ont déjà rejoints en tant que bénévoles accompagnants, responsable d’antenne ou de fonction nationale.
 
Nous les en remercions et espérons qu’ils feront des émules auprès de leurs anciens camarades !