^

L’E.S.A et les ateliers Amasco développent leur partenariat

                      

 

« Ici, rien n’est joué d’avance » Partant de cette idée, les ateliers Amasco s’articulent autour de deux missions :

  • Développer le plaisir d’apprendre et les savoir-faire être des enfants au sein d’ateliers ludiques et éducatifs pendant les vacances.
  • Contribuer à l’acquisition de savoir-faire par les professionnels de l’éducation et de l’animation, afin qu’ils puissent les transférer dans leurs pratiques habituelles.

Parce que nous partageons les mêmes valeurs d’inclusion, de solidarité, de coopération et d’engagement, nous avons signé un partenariat en janvier 2022. Nous souhaitons que plus d’enfants de l’E.S.A puissent bénéficier des ateliers Amasco.

En ce début d’année 2022, 73 enfants de l’E.S.A ont participé aux ateliers Amasco à Paris, à Saint-Denis, à Montrouge, à Orléans, à Lyon et à Strasbourg.

L’inscription est gratuite pour les familles de l’E.S.A. Les inscriptions pour les vacances d’été sont ouvertes dès le 24 mai ! N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

Les mots de Djakarya, qui a participé aux ateliers en avril à Paris

« J’aime les ateliers, surtout dessiner, parce que je ne le faisais pas avant. Nous avons aussi fait des activités sportives comme du foot. Ce que j’aime le plus, c’est jouer et me faire de nouveaux amis. C’est ma bénévole Françoise qui m’a fait découvrir les ateliers Amasco. Je reviendrai, c’est sûr ! »

Interview de Michel Wendling (fondateur des ateliers Amasco) et Aurélie Goin (déléguée générale de l’E.S.A)

  1. Comment vous est venue l’idée de ce partenariat ?

Michel : J’étais bénévole à l’E.S.A il y a 20 ans maintenant et j’avais gardé un excellent souvenir de l’association. Tout naturellement, nous avons pu travailler ensemble partout où nous sommes implantés.

Nous ciblons le même public d’enfants en difficulté et l’E.S.A est une des rares associations de mentorat à accueillir des enfants jeunes comme nous.

Sur le plan de la pédagogie, nous avons trouvé une complémentarité entre le mentorat individuel proposé par l’E.S.A et nos ateliers en petits groupes. Nous nous basons sur les pédagogies actives et des activités variées pour motiver à apprendre grâce au jeu.

Comme cela marchait bien dans de premières villes, nous avons voulu tous les deux intensifier cette collaboration !

Aurélie : C’est Amasco qui nous a proposé ce partenariat au départ. Les premières antennes concernées faisaient des retours très positifs. Nous souhaitons donc que le maximum d’enfants en bénéficie ! C’est très complémentaire avec l’action de l’E.S.A et beaucoup d’enfants n’ont pas d’activités pendant les vacances. C’est une belle opportunité ! Nous avons hâte qu’Amasco s’implante dans de nouvelles villes pour en faire bénéficier encore plus d’enfants.

 

  1. Que nous réserve le futur pour ce partenariat ?

Michel et Aurélie :  Aujourd’hui, une cinquantaine d’enfants de l’E.S.A fréquentent les ateliers Amasco à chaque vacances. Nous espérons déjà atteindre une centaine d’enfants cet été ! Par ailleurs, la collaboration pédagogique se développe. Nous travaillons sur des carnets de suivi communs : un pour les familles et un pour les équipes, afin de valoriser le travail de l’enfant dans les deux contextes E.S.A et Amasco.

Enfin, dès la rentrée, nous envisageons de proposer un parcours E.S.A + Amasco à certaines familles : ces enfants bénéficieraient à la fois d’un mentorat par un bénévole de l’E.S.A et d’une semaine d’ateliers Amasco à chaque vacances. Un puissant outil de réussite éducative !

 

 


L’E.S.A est éligible à la taxe d’apprentissage

L’Entraide Scolaire Amicale est désormais éligible à la taxe d’apprentissage. C’est la première année et c’est une très bonne nouvelle !

Depuis plus de 50 ans, l’E.S.A accompagne les enfants et jeunes en difficulté scolaire, issus de familles défavorisées, pour les amener vers l’autonomie et la réussite. Notre mode d’intervention spécifique, chaque semaine, au domicile de la famille, associe à chaque enfant ou jeune un mentor. Nous verser cette taxe, c’est nous permettre de :

  • Recruter davantage de mentors, pour aider davantage d’enfants et de jeunes
  • Former nos mentors en leur donnant la possibilité de participer à des sessions animées par des professionnels
  • Aider les jeunes à mieux se connaître et à gagner en confiance en eux : ateliers coaching, entrainement pour la prise de parole…
  • Organiser des activités de découverte du monde de l’entreprise : forum métiers, ateliers de rédaction de CV…

 

Comment fonctionne la taxe d’apprentissage :

 

Alors n’hésitez plus ! Pour effectuer votre versement de taxe d’apprentissage à l’E.S.A, c’est très simple :

I) Remplissez ce formulaire en ligne : https://framaforms.org/versement-taxe-dapprentissage-2022-a-lesa-1646056796

II) Effectuez le virement sur le compte de l’E.S.A

IBAN de l’E.S.A FR76 1751 5900 0008 0825 3571 075

III) Nous vous enverrons votre attestation de versement.

Nous vous remercions par avance pout votre soutien


L’E.S.A mobilisée plus que jamais aux côtés des familles pendant la crise sanitaire

Alors que la crise sanitaire renforce les inégalités sociales et que la continuité pédagogique est particulièrement difficile pour les familles que nous accompagnons, les bénévoles de l’E.S.A sont plus que jamais mobilisés.

Leur priorité : maintenir un lien régulier avec les enfants et leur famille tout en restant à distance pour respecter le confinement. Que ce soit par téléphone, par mail ou visio conférence, ils leur apportent une écoute attentive, les aident à se remobiliser en cette période particulière ainsi qu’à maintenir le lien avec les établissements scolaires. Nos responsables d’antenne restent également en contact régulier avec les bénévoles, les familles et nos partenaires.

Les initiatives des bénévoles et les échanges avec nos partenaires se sont multipliés pendant cette période pour faire face aux nombreux problèmes que le confinement pose, et notamment des difficultés informatiques. Une des initiatives, #ConnexiondUrgence, a donné lieu à un don d’ordinateurs à plusieurs familles, action rendue possible grâce à la Fondation Break Poverty, à Emmaüs Connect et à la Fondation SFR avec le collectif Mentorat.

Mais, nous savons d’ores et déjà que les besoins seront nombreux à la rentrée. Nous comptons sur votre soutien, vos dons nous permettent de financer les actions ainsi que le fonctionnement de l’association et de ses 3 500 bénévoles. Pour soutenir notre action :

– faire un don ici

– devenir bénévole ici

Un grand merci d’avance pour votre aide !


Cirque d’hiver, ludothèque, quai Branly, Street Art et visite de l’Hôtel de ville : des sorties variées à Paris

 

Cirque d’Hiver : « le Défi »

20 enfants de l’antenne de Paris 11e ont assisté au récent spectacle du Cirque d’Hiver : « le Défi ».
Acrobates, jongleurs, clowns, dresseurs de chats et de caniches blancs, lamas, chameaux étaient parmi nous à la grande joie de tous pour présenter leurs derniers numéros de cerceaux, de dressage et d’acrobatie.

 

Grâce à Anne, Émilie, Françoise et Marie Arielle, nos bénévoles, cette sortie fut une grande réussite. Enfants subjugués par la scène, adultes attentionnés et dévoués, ce fut une belle fin d’année !

« C’était trop beau » ont dit les petits !

 

Ludothèque

Les enfants du secteur Paris Rive Gauche (5e, 13e et 14e arrondissements) ont rendez-vous chaque mois à la ludothèque.
Au programme de la session de décembre, un jeu collaboratif. Pour avancer dans le jeu et réussir, ils ont dû bien sûr réfléchir, mais aussi apprendre à se parler, ce qui n’a pas été le plus simple. Puis, quartier libre : certains enfants ont continué à jouer à des jeux de société, d’autres sont partis à l’aventure dans la ludothèque à la recherche d’autres types de jeux (construction, cabanes…).

 

Merci à Cabane à Jeux : Ludothèque pour son accueil pour notre rendez-vous mensuel !

Quai Branly

Samedi 11 janvier, 5 collégiens du secteur Rive Gauche (Paris 5e, 13e et 14e) ont découvert le musée du Quai Branly. Accompagnés par une guide dynamique et munis d’une oreillette, ils ont voyagé au travers de quatre continents : l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique et l’Asie. Curieux, ils ont été interpellés par certaines œuvres. Les masques, statues, totems et autres costumes en différents matériaux tels que le bois, les perles de verre, les cheveux ou la pierre n’ont plus de secret pour ces visiteurs repartis contents de ce tour du monde des cultures.

 

 

Street Art

Ballade urbaine et collage le samedi 18 janvier, dans le quartier du canal de l’Ourcq Paris 18e-19e, pour une douzaine d’enfants du CM2 à la 2nde. 

Trois conservateurs stagiaires du patrimoine, dans le cadre de leur formation à L’Institut national du patrimoine, ont proposé à notre antenne un projet d’Éducation Artistique et Culturelle. A partir de la station Ourcq, découverte des oeuvres, notamment issues du festival de street art « Ourcq Living Colors », évocation de la naissance et l’histoire de l’art urbain, de quelques artistes reconnus, observation des différentes techniques, questionnement sur l’appropriation de l’espace urbain : à qui appartient la rue ? Qu’est-ce qui est autorisé ? Pourquoi certains artistes s’approprient-ils les murs de la ville ? La ballade a également permis de sensibiliser les participants au patrimoine architectural et à l’histoire de l’architecture industrielle.

Près de la place de Torcy, rencontre avec l’artiste Madame Moustache qui investit l’espace urbain avec ses collages jouant sur les mots et les images. Elle a proposé aux enfants de procéder au collage d’une œuvre … qu’il a fallu arracher ensuite, l’occasion de mesurer le caractère éphémère de l’art urbain. Avec la collaboration de tous, les yeux attentifs et perplexes ont vu naître la fresque de papier, pan par pan, et fait des hypothèses avant de découvrir l’image et la phrase qui jouait avec elle : 

« LES PLUS BEAUX VERS NE SE TIRENT PAS DU NEZ ».

 

 

Les élèves conservateurs nous ont confié qu’ils avaient vécu « un moment fort, autour d’une création commune, intergénérationnelle et interculturelle, qui, ils l’espèrent, a fait ressentir à chacun et chacune qu’il ou elle pouvait créer de belles et grandes choses. »

 

 

 

Hôtel de Ville

Mercredi 12 février : visite de l’Hôtel de Ville de Paris pour 18 collégiens et lycéens de l’antenne de Paris 12e.
A leur arrivée, ils ont été accueillis par la conférencière qui les a invités à monter un escalier majestueux conduisant à la grande salle des fêtes et aux autres salles de réception où ils ont pu admirer peintures, sculptures, lustres, parquets…
La conférencière a alterné histoire, art et vie civique et a fait participer les jeunes à l’aide de questions appropriées.
La visite s’est terminée par la descente de l’escalier intérieur en colimaçon.
Un grand merci à notre conférencière pour cette visite passionnante !

 

 

Théâtre Jazzbo Brown à Nogent

L’histoire du Jazz, de ses prémices en Afrique à nos jours…

Les bénévoles mettent de plus en plus en exergue des difficultés d’apprentissage de la lecture que l’on observe jusque tard dans la scolarité et qui entrainent des problèmes d’orthographe, de vocabulaire, etc.

Certains enfants ont une image d’eux-mêmes liée à leurs résultats scolaires, donc pas très positive. Difficultés qui démotivent les jeunes.

Comment pourraient-ils s’intéresser à autre chose si on ne les y aide pas un peu ?

Les jeunes de l’antenne de Nogent ont participé à un projet théâtral. Les objectifs étaient principalement de permettre aux enfants :

  • De découvrir leur potentiel et ainsi améliorer leur confiance en eux
  • De développer leur expression orale
  • De se sentir exister à travers la création et l’imagination
  • D’affirmer leurs idée et leur donner de la valeur
  • De développer leur vocabulaire…

7 enfants ont donc suivi 15 ateliers théâtre et un stage d’une semaine pendant les vacances de Pâques, encadrés par Tiphaine, metteure en scène à la MJC.

Cette aventure passionnante s’est terminée par le spectacle inter-associations qui s’est déroulé le 16 mai au théâtre Watteau de Nogent.

Le thème était l’histoire du Jazz, de ses prémices en Afrique à nos jours. Le fil conducteur est l’histoire d’un groupe d’enfants de la Nouvelle Orléans dans les années 80 qui, désœuvrés, entrent dans une maison, un ancien club de jazz, qu’ils croient inhabitée. Ils rencontrent un vieux musicien de Jazz, Jazzbo Brown, qui a connu les plus célèbres jazzmen et women.

 

Jazzbo leur parle bien sûr du Jazz mais aussi de sa jeunesse et de la ségrégation raciale aux États-Unis. L’histoire se termine bien, évidemment, et grâce aux enfants, le club de jazz devient un espace culturel dédié à cette musique.

 

Le scénario incorpore les prestations de 17 associations tout au long du spectacle.Sur la scène
Tiphaine, metteure en scène, a beaucoup apprécié l’énergie et le professionnalisme des enfants. Présentes pendant les ateliers, les responsables de l’antenne de l’E.S.A confirment que rapidement les enfants ont joué le jeu à fond.

Sur la scène, ils ont été époustouflants.

Métamorphose

 

Certains ont appris à respecter le temps de parole de l’autre, certains se sont découvert des capacités théâtrales. Pour l’une d’entre eux la métamorphose a été spectaculaire, la timide coccinelle s’est transformée en un papillon virevoltant.

 

Ce fut une réussite et les enfants en garderont sans aucun doute un souvenir inoubliable. En tout cas, nous oui !

Merci à la Fondation Keyrus qui a financé ce projet théâtral.